Le tourisme solidaire

Publié le par Appaloosa

Le tourisme solidaire, l’avenir du tourisme

 

 

"L'homme se développe actuellement comme un ver de terre : un tuyau qui avale de la terre et qui laisse derrière lui des petits tas. Si un jour la terre disparaît parce qu'il aura tout mangé, il ne faudra pas s'en étonner." Andreï Tarkovski (1932-1986)

     

 

Depuis plusieurs années maintenant, de plus en plus de gens prennent conscience de la nécessité d'un tourisme respectueux de la population et du pays d'accueil. Ainsi se sont développés de nouvelles formes de tourisme : le tourisme solidaire, l'écotourisme, le tourisme durable, le tourisme équitable, etc.... Si des différences existent selon le mot employé, l'idée va dans le même sens: voyager pour découvrir les différences de culture, la différence de l'autre, tout en respectant cette richesse, en contribuant à sa survie et au "mieux-être" des populations d'accueil, le plus souvent très pauvres.

Voici ci-dessous des extraits d'articles traitant de l'écotourisme, du tourisme solidaire, etc....

N'hésitez pas à aller les lire en entier et à en rechercher d'autres sur internet, car il en existe plein.


 

 

 Voir autrement

 Écotourisme : à la rencontre de l'autre, par Sauveur Fernandez  

 15 juillet 2001 - Révisé le 25 novembre 2002

       

 

 

 

L'écotourisme, c'est tout simplement l'art de voyager en ayant pour idée maîtresse la rencontre de l'autre, la compréhension et le respect de son mode de vie, avec le souci constant de perturber le moins possible l'écosystème social et économique local.
Tout le contraire du tourisme mondial actuel… Mais fort heureusement une prise de conscience se fait jour…

 

La suite sur L'ECONOVATEUR

 


 

 

L’écotourisme, par Robert Barbault

 Extrait de La biodiversité, par Robert Barbault. Editions Hachette. 1997

 

 

   

Le tourisme est probablement la plus grande industrie de la planète. Il est potentiellement un moyen très puissant de rendre la biodiversité payante. Dans cinq pays au moins (Kenya, Équateur, Costa Rica, Madagascar et Népal), c’est la source principale de devises.

    

 

 

Les USA exportent environ 5 millions d’écotouristes chaque année, chacun dépensant en moyenne 2 à 3 000 dollars. Des études au Kénya indiquent que les terres des parcs nationaux « rapportent » 40 $ par ha chaque année, à opposer aux 0,8 $ qu’elles donneraient si elles étaient utilisées à des fins agricoles. Des calculs grossiers suggèrent que chaque lion amène environ 20 000 $ par an et que les troupeaux d’éléphants « lèvent » annuellement environ 610 000 $ — considérablement plus que leur valeur comme source d’ivoire, non renouvelable.

   

 

Pour s’inscrire dans une perspective de développement durable l’écotourisme doit satisfaire plusieurs critères :

   

 

1.                              créer des ressources pour la population locale ;

2.                             justifier la conservation pour les autorités locales ;

3.                             apporter des fonds pour l’entretien des réserves.

   

 

 

La suite sur le site de la Fondation Nicolas Hulot   

   

 

 


 

L'écotourisme

 

 

  

Introduction

 

 

  

Il est devenu évident que le tourisme n'apporte pas que des bienfaits aux pays récepteurs. Au contraire, il est souvent synonyme d'augmentation de la délinquance, de la prostitution, de clivages sociaux mais aussi de dégradation du patrimoine naturel et culturel. Pourtant, un autre tourisme est possible. Un tourisme respectueux des hommes et de l'environnement. Un tourisme au service de la solidarité internationale, qui contribue à améliorer les conditions de vie des populations locales. Sont ainsi nés les concepts de tourisme équitable, de tourisme solidaire, et d'écotourisme.

   

 

 

L'écotourisme va plus loin que le tourisme durable: il ne s'évertue pas seulement à maîtriser ses impacts sur l'environnement, il cherche à être avant tout un outil de protection de l'environnement. Il cherche à donner une valeur économique à des bouts de nature soumis à une forme d'exploitation non durable. Ainsi, l'écotourisme pratiqué au sein de la forêt tropicale sert à empêcher la destruction de cette dernière, en prouvant aux autorités qu'il peut rapporter plus d'argent sur le long terme.

   

 

 

L'écotourisme cherche également à impliquer des communautés locales et à être un outil de lutte contre la pauvreté et de réappropriation culturelle. Si l'on veut absolument faire la distinction, l'écotourisme est pratiqué dans les zones naturelles de grand intérêt, alors que le tourisme solidaire se concentre principalement sur les sociétés humaines. Ces deux formes de tourisme alternatif sont complémentaires.

 

 Définition

 

"L'écotourisme est une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l'environnement et au bien-être des populations locales" The International Ecotourism Society

Selon l'AFIT, "L' écotourisme se distingue du tourisme de nature par son côté militant : la responsabilité vis àvis de l'environnement naturel et culturel et la volonté de contribuer à l'économie locale. L'écotourisme est une forme de tourisme qui regroupe les caractéristiques suivantes :

1. Il rassemble toutes les formes de tourisme axées sur la nature et dans lesquelles la principale motivation du tourisme est d'observer et d'apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles.

2. Il comporte une part d'éducation et d'interprétation de l'environnement.

3. Il est généralement organisé pour des groupes restreints par de petites entreprises locales spécialisées.

4. Il favorise la protection des zones naturelles, et veille au bien être des populations locales :
- en procurant des avantages économiques aux communautés d'accueil, aux organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des zones naturelles;
- en créant des emplois et des sources de revenus pour les populations locales; en favorisant une prise de conscience chez les habitants du pays d'accueil comme chez les touristes de la nécessité de préserver le capital naturel et culturel. "

Ecotourisme, Les Cahiers de l'AFIT, par Blangy, Dubois et Koushner.

 

 

 

     

La suite sur le site de Vers un autre tourisme    

 


Tourisme solidaire

 

 

 

Le tourisme de masse est devenu un moteur essentiel de la croissance mondiale. Globalisé et capitalistique, il est aux mains d’un nombre de plus en plus restreint de grands opérateurs. Ce développement bénéficie principalement aux pays du Nord et à leurs entreprises, alors que les populations du Sud en subissent les principaux effets néfastes.

Si la situation est grave avec les 700 millions de touristes actuels, que penser de ce qu’elle sera avec les 1,6 milliard de touristes annoncés par l’Organisation mondiale du tourisme pour l’horizon 2020, c'est-à-dire demain ? Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour dénoncer ce « tourisme prédateur », tandis que les citoyens du Nord commencent à se préoccuper de consommation éthique. Le tourisme, le premier des services, est concerné.

Un mouvement mondial émerge, fruit d’une alliance entre des citoyens responsables au Nord, des entreprises communautaires de tourisme au Sud, des tour-opérateurs, des collectivités territoriales, des Ongs, des organisations de coopération, des agences de l’ONU.

 

 

La suite sur Tourisme Solidaire et Développement Durable

 


 

 

Voyages Equitables

 

La rencontre et l'échange au cœur du voyage...

 

Le voyage est un moyen privilégié de lien et de compréhension entre les peuples. Il doit permettre l’épanouissement du voyageur et de l’accueillant sur les plans personnels, culturels et économiques. Ses ressources doivent profiter équitablement aux populations d’accueil et contribuer au développement durable de leur territoire d’accueil.

   

 

 

 

 La suite sur Croq'Nature   

Publié dans Ecotourisme

Commenter cet article